J’étais prête à pas être prête

[ Où je glisse subtilement ma date d’anniversaire ; mais pas l’année, no mais oh ]

Chère Covid

(enfin « chère », t’emballe pas hein, cherche plutôt l’ironie).

Merci bien. Tu viens foutre le bordel dans les représentations que je me faisais du Bac en tant que maman. Mon premier bac en tant que maman…

Je m’étais préparée à être la mère hystérique qui essaie tant bien que mal de pas transmettre son angoisse à son enfant avant les épreuves communes de terminale, les jours J. J’aurais été parfaite :

« T’as tous tes cours ? t’as révisé ? t’as posé des questions au prof ? t’as fait des fiches ? t’as assez dormi ? t’as pris des vitamines ? t’as mis 3 réveils ? »

Et puis tu sais, Covid, comme j’ai une grande confiance en mes gosses mais qu’on sait jamais, je m’entraîne en secret depuis des lustres à accueillir politiquement correctement les émotions d’un enfant qui penserait avoir foiré son Brevet. Ou une évaluation de CP. Ou son test APGAR. C’est dire si j’étais prête.

« T’as fait de ton mieux, c’est l’essentiel. C’était pas la matière principale. C’est sûr que 3 heures, c’est pas beaucoup, ils exagèrent. C’est quoi ce sujet de merde aussi ? Le prof est un con et l’école c’est nul, viens on laisse tomber ».

Alors là je sais pas : puisqu’il n’y a plus que le contrôle continu et les épreuves de spécialité, dois-je enclencher le mode « supportrice hystérico-toutirabien » à chaque devoir en classe, c’est-à-dire PLUSIEURS fois par semaine ? Mon système nerveux survivra-t-il ? Mon ado voudra-t-il me faire enfermer ? Mes trois enfants demanderont-t-ils leur émancipation en urgence ? Retrouvera-t-on le corps du premier qui m’aura dit « mais arrête de les stresser » ? Est-ce Julia Roberts ou Charlize Theron qui jouera mon rôle dans mon biopic ?

Je m’emballe moi aussi, tu vois, Covid.

L’Ado, lui, il gère très bien tout seul après tout. Il bosse dur. Il redistribue ses propres cartes pour s’adapter à des règles qui changent sans arrêt. J’écrirais bien qu’il te nique la gueule, Covid, mais je risque de me faire censurer.

On t’aura, Covid.

(enfin, j’espère qu’on t’aura pas vraiment, mais tu vois ce que je veux dire).

Que mes angoisses se rassurent, elles vont pouvoir s’éclater : Parcoursup vient d’ouvrir.

12 commentaires sur “J’étais prête à pas être prête

Ajouter un commentaire

  1. Je suis sûr que tu ne t’ai pas préparé pour rien… et tu sera prête dès que les examens sans ce cher Covid auront repris leur place. En ce qui me concerne ce cher covid comme tu le surnome… et j’aime toujours et encore voir le côté positif dans toute chose… ce cher covid m’a apporté un rapprochement familial que j’attendais depuis longtemps

  2. Même problématique ici. On avait lutté vaillamment pour assimiler les méthodes de calcul des notes et on avait enfin presque tout compris. On se croyait naïvement en terrain familier après deux autres enfants… mais c’était sans compter cette épidémie sournoise !

    1. Ouch, c’est vrai que mon premier et votre dernière sont de la même année!!

      Je me souviens que l’an dernier les profs eux-mêmes galéraient à nous expliquer… Moi, ça me servira pour les suivants! 😉

Répondre à Caroline Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑