59 jours

© Alain Laboile

[ Parfois je joue ]

J’ai perdu mon chat un soir d’été. Echappé côté jardin. J’étais si triste que je n’ai pas vu le soleil se lever le lendemain, et depuis, je vis dans le noir. 42 jours uniquement faits de nuits. J’attends son retour, je reconnaîtrai sans hésiter son miaulement noir tacheté de blanc. Moquez-vous, vous verrez bien.

58 jours. Toujours rien. D’autres mains pour le caresser ? Mort écrasé sous les roues d’une voiture ? Affranchi ? Et moi qui n’y vois toujours pas. J’ai beau écarquiller les paupières, rien n’y fait. Nuit noire. À ce jour je me suis cogné à tous les meubles de la maison ; mon corps est couvert de bleus, enfin je suppose, je ne les vois pas. Je ne mange plus. Je dors, je dors, en espérant la caresse légère d’une vibrisse au réveil. Mon chat m’a abandonné ici. S’il n’est pas revenu demain, je me jetterai en bas d’un pont. Moquez-vous, vous verrez bien.

59. J’ai froid. Je m’enfonce. L’eau est claire et limpide, rayonnante, j’y vois, par quel miracle ? Au fond, là ! Une masse sombre. Mon chat, qui s’était échappé par le jardin, un soir d’été, m’a attendu ici. Moquez-vous, moi, je me noie, mais dans la lumière.

***Participation au concours organisé par @librairie_limpromptu et @bohaime . Photo @alainlaboile

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑