Bercés entre ces murs

[ Un solide soir d’hiver ]

18h, sortie de bureau. Parking désert. Nuit noire. Je m’arrête avant d’atteindre ma voiture, hypnotisée par cette grande girafe mécanique qui travaille sous la lumière des projecteurs et livre à mes yeux les entrailles toutes entières de ce bâtiment destiné à disparaître. Où vont s’échapper les souvenirs des enfants bercés entre ces murs par des bras étrangers ?

Quel destin pour les histoires des nourrissons endormis dans des chambres qui n’auront jamais vraiment été les leurs ? Faut-il que les délais à tenir soient si serrés pour que la bête gronde même une fois la nuit tombée, à grand renfort d’halogènes ? Détruire, pour reconstruire. A côté de l’éventré, je devine, pour les avoir vues en pleine journée, les silhouettes des lits à barreaux fièrement alignés dans l’herbe, vides, tristes. Ils attendent. Rien ne bouge, que la machine. Atmosphère à la fois étrangement calme et chaotique. Besoin de figer cet instant. C’est fait, je monte en voiture. Je rentre chez moi, embrasser les miens.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑